Experts, Famille, Retraité,

Bien classé: mode d’emploi

sanscompromis_bien_classé

Vous avez eu un coup de cœur pour un bien classé ou inscrit sur la liste de sauvegarde à Bruxelles, que vous désirez acquérir ou louer, mais vous hésitez par peur de contraintes et de difficultés? Pas de panique. On vous explique la démarche à suivre pour éviter les mauvaises surprises.

Monuments et Sites

La Direction des Monuments et Sites est chargée de la mise en œuvre de la politique régionale en matière de conservation du patrimoine. Si la prise de contact n’est pas obligatoire avec cette administration, elle est fortement conseillée dans le cas d’un bien protégé, «car la plupart des dossiers problématiques sont souvent le résultat de personnes qui ne sont pas passées par nous au préalable», avertit Jean-François Loxhay, coordinateur de la cellule travaux. «On informe d’abord sur l’étendue et l’importance du classement, puis on se rend sur place afin d’évaluer si le projet que le propriétaire ou le locataire a en tête est possible ou pas», explique Manja Vanhaelen, responsable du département restauration, avant d’ajouter, rassurante, qu’«il est important de comprendre que ce n’est pas parce qu’un bien est protégé qu’on ne peut pas le modifier ou que cela va impliquer des difficultés. Beaucoup de possibilités ont été mises en place pour que tout se passe bien, mais il faut s’y prendre de la bonne manière, comme nous contacter dès le départ afin que l’on puisse accompagner les personnes concernées dans leur démarche».

Protéger, conserver, entretenir

Car, ne l’oublions pas, vivre dans un tel bien entraîne l’obligation d’entretenir et de conserver en bon état les parties classées. «De manière générale, quand on achète ou loue un bien protégé, on est dans une démarche différente qu’avec un bien non protégé. Il faut avoir le déclic consistant à se dire que l’on est dans un bien protégé et donc un modeste passeur qui se doit d’être responsable de sa conservation et de sa mise en valeur», précise Jean-François Loxhay.

Vivre dans un tel bien entraîne l’obligation d’entretenir et de conserver en bon état les parties classées

Concernant les travaux, il vous faudra la plupart du temps obtenir un permis, et pour les grandes modifications, l’avis positif de la Commission royale des Monuments et Sites. Mais qui dit bien protégé dit techniques anciennes parfois difficiles à mettre en œuvre. Alors, doit-on malgré tout les reproduire à l’identique et risquer que le plafond nous tombe sur la tête? «Non! Car dans notre recherche et notre souhait de réutiliser des matériaux authentiques de l’époque, il y aussi et surtout la volonté d’y associer des techniques contemporaines tout en conciliant le respect de la conservation et le confort attendu actuellement dans le logement», insiste Manja Vanhaelen. Dernier point mais non négligeable: en devenant acquéreur d’un bien classé, vous aurez la possibilité de faire une demande de subventions afin de vous aider dans les travaux.

Pour plus d’informations: www.patrimoine.brussels.

Articles similaires :

 

Laisser un commentaire

Contactez-nous

02 000 000 000

info@sanscompromis.be

Bruxelles 1170

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
  • Twitter