Brèves, Economie, Famille,

Certificat de performance énergique: un certificateur performant?

«Dans l’immobilier, tout se complique. De nos jours, il faut réunir tout un tas de documents avant de pouvoir louer ou acheter.» La raison? «Pour mettre de l’ordre dans les choses, clairement, mais aussi pour que l’État remplisse ses caisses, comme avec le certificat de performance énergétique (PEB)», explique Louise, agent immobilier.

Ce document, qui a pour but de rendre compte de la performance énergétique des bâtiments, évaluant la consommation d’énergie tout en prenant en compte les matériaux utilisés, les techniques d’isolation ainsi que bien d’autres paramètres, est devenu obligatoire dans toute la Belgique, à la location comme à l’achat. Si le concept est louable, on peut constater des incohérences quant à la méthode, comme en témoigne Louise:

«Je viens de signer un bail de location pour un appartement doté d’un solide double vitrage et d’une chaudière commune, qui a écopé d’un très mauvais classement, F [NDLR: en Wallonie, le classement se fait de A à F], alors que je m’apprête à signer un autre bail, là avec du simple vitrage en bois tout pourri, et qui est bien mieux classé, D+!»

Pour la jeune femme, c’est à n’y rien comprendre, jusqu’à d’ailleurs s’interroger sur la compétence du certificateur.

C’est un document, qui à mon sens, n’est pas pertinent, mais que le propriétaire est obligé de fournir au locataire sinon ce dernier peut partir sans préavis et sans indemnités.

Hormis ceux qui persistent à ne pas faire évaluer leur bien malgré les risques que cela comporte, propriétaires, restez à jour! Le certificat PEB n’est valable que dix ans!

Articles similaires :

 

Laisser un commentaire

Contactez-nous

02 000 000 000

info@sanscompromis.be

Bruxelles 1170

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
  • Twitter