Brèves, Jeune,

Imbroglios administratifs

Baptiste, agent immobilier, se rappelle les tracas que lui a causés la nouvelle loi sur les renseignements urbanistiques, entrée en vigueur en 2014. Un document à remettre obligatoirement, non plus au moment de l’acte, comme c’était le cas auparavant, mais à la signature du compromis.

D’apparence anodine, ce changement a été source de nombre de retards, d’agacements et d’incompréhensions aussi bien du côté des acquéreurs que de celui des professionnels de l’immobilier.

La Commune a normalement un mois pour délivrer ce document essentiel à la signature du compromis

insiste Baptiste, avant de rajouter: « sauf que la Région, qui a mis cette nouvelle règle en place, n’a pas prévu le personnel adéquat pour délivrer ce type de document en temps et en heure ». 

Il se souvient de cette cliente qui avait eu un coup de cœur pour un appartement à Bruxelles. Une fois l’offre acceptée, elle avait déposé un acompte de 5000€, «mais le document n’arrivait pas! Il y avait un an d’attente à Bruxelles, c’est-à-dire qu’il fallait attendre un an pour pouvoir signer un compromis!» s’insurge encore aujourd’hui Baptiste, qui poursuit: «Vous vous rendez compte? Dire à un acquéreur OK, c’est bon, l’offre a été acceptée, mais par contre vous allez devoir attendre pas mal de temps avant de pouvoir prendre réellement possession du bien. Et le propriétaire qui doit patienter un an avant de mettre en vente? Je ne parlerai même pas des droits d’enregistrement…»

Mais rassurez-vous, il paraît que c’est mieux… sauf à Ixelles.

Articles similaires :

 

Laisser un commentaire

Contactez-nous

02 000 000 000

info@sanscompromis.be

Bruxelles 1170

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
  • Twitter