Famille, Jeune, Retraité,

La maison kangourou: séparément ensemble

sanscompromis_maison_kangourou

Connaissez-vous la «maison kangourou», un concept importé d’Australie? L’idée consiste à faire cohabiter deux générations sous un même toit tout en préservant l’indépendance des familles. Les seniors (parents ou grands-parents), dans la majeure partie des cas propriétaires de leur habitation, cohabitent ainsi avec une jeune famille (leurs enfants ou petits-enfants).

Le logement est constitué de deux unités d’habitation distinctes et autonomes, avec chambres, bien sûr, mais aussi salle de bain, cuisine et salon. Chacune des deux familles a son «chez-soi».

Jeunes et seniors: une entraide mutuelle

La maison kangourou obéit aux mêmes règles que celles qui régissent la vie communautaire: il est essentiel qu’il y ait une bonne entente entre les parties cohabitantes (attention donc si l’équilibre familial est déjà fragile) et sur la volonté de s’aider mutuellement. Les plus jeunes pourront prêter main-forte à leurs aînés pour les courses, le ménage, le jardinage, tout en veillant à leur santé. Les seniors pourront pour leur part soulager leurs enfants en veillant sur leurs petits-enfants. L’avantage financier d’une telle cohabitation est évident pour les plus âgés comme pour les plus jeunes, qui éprouvent de plus en plus des difficultés à accéder à la propriété.

L’habitat kangourou ne se limite pas au cadre familial. Tout le monde peut en bénéficier. Que ce soit une cohabitation entre membres d’une même famille ou avec de parfaits inconnus, il est tout de même préférable de définir à l’avance des règles de vie claires afin d’assurer la parfaite cohésion de cette cohabitation.

L’avantage financier d’une telle cohabitation est évident pour les plus âgés comme pour les plus jeunes, qui éprouvent de plus en plus des difficultés à accéder à la propriété.

S’il est encore trop tôt pour juger du succès de la maison kangourou en Belgique (on sait qu’il en existe depuis une dizaine d’années), cette solution profondément humaine basée sur l’entraide et sur les liens intergénérationnels pourrait, si elle se développe davantage, offrir une solide alternative aux maisons de repos, trop peu nombreuses chez nous.

Articles similaires :

 

Laisser un commentaire

Contactez-nous

02 000 000 000

info@sanscompromis.be

Bruxelles 1170

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
  • Twitter