Brèves, Famille, Jeune,

Planter des choux, pas les agents!

Pour Valérie, 32 ans, la profession d’agent immobilier souffre globalement d’un manque de reconnaissance. «J’ai parfois l’impression que les gens pensent que notre métier ne consiste qu’à ouvrir et à fermer des portes toute la journée. Ils ne se rendent pas compte de la quantité de travail que l’on doit abattre et de la masse d’imbroglios administratifs dont on doit se dépêtrer quotidiennement.»

Et puis il y a aussi le phénomène de «plantage», récurrent dans le métier. «Un client m’appelle, il souhaite visiter d’urgence un bien, je me débrouille pour dégager un créneau dans un agenda surchargé et une fois là-bas, personne. Je l’appelle. Aucune réponse. J’enchaîne SMS et e-mails. Pas de réponse. Rien. Il ne viendra pas.»

On nous plante sans arrêt

confesse Tony, 28 ans, avant de préciser en riant: «Le samedi, c’est d’office plantage, surtout s’il fait beau et chaud! Alors on poireaute.»

Et puis il y a aussi le téléphone et ses bizarreries quotidiennes. Monica, 41 ans, insiste pour nous montrer le SMS sans queue ni tête qu’elle vient de recevoir d’un interlocuteur anonyme: «Avez-vous déjà loué l’appartement? Comment puis-je connaître la propriété? Et qu’est-ce que vous avez besoin de louer?» «Mais qui est-il? De quel bien parle-t-il?» s’interroge la jeune femme, avant de conclure, dépitée: «C’est tout le temps comme ça. Les gens voient un panneau avec le numéro de l’agence et nous appellent dans la foulée, sans raison particulière.»

Articles similaires :

 

Laisser un commentaire

Contactez-nous

02 000 000 000

info@sanscompromis.be

Bruxelles 1170

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
  • Twitter