Brèves, Jeune,

Vente au Karcher

«Quand on est agent immobilier, on voit de tout et avant tout, la manière dont certaines personnes vivent», témoigne Julie.

Moi, l’un de mes plus grands challenges a été de vendre un appartement qui empestait l’urine! Pendant les visites, je faisais mine de rien, mais il m’était impossible de respirer, j’étais obligée de faire la description des lieux le nez plongé dans mon écharpe!

se remémore péniblement Ludivine.

Sophia évoque, quant à elle, la triste histoire d’un directeur d’école un peu trop porté sur la bouteille et qui vivait dans un appartement devenu taudis. «Je n’avais jamais vu quelque chose d’aussi épouvantable. En entrant, j’ai tout de suite eu envie de vomir à cause de l’odeur, les semelles des chaussures collaient au sol, le frigo et le micro-ondes étaient noirs d’éclats de nourriture et les cadavres de bouteilles d’alcool jonchaient le sol de toutes les pièces.»

Elle poursuit: «J’avais beau avertir le propriétaire de la difficulté de vendre le bien en l’état, il me demandait quand même de continuer les visites, ce qui était pénible pour tout le monde, pour nous comme pour les acheteurs potentiels. Et puis finalement, quand le locataire a pris deux semaines de vacances, le propriétaire a fait envoyer une société de nettoyage qui a opéré un tour de force!»

Résultat de l’opération? Un appartement vendu le lendemain, après un an de visites infructueuses et malodorantes.

Articles similaires :

 

Laisser un commentaire

Contactez-nous

02 000 000 000

info@sanscompromis.be

Bruxelles 1170

  • Facebook
  • Instagram
  • Linkedin
  • Twitter